Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Mes élucubrations et « potins »
Mes élucubrations et « potins »
  • Vous trouverez ici un aperçu de tout ce que j'ai pu écrire et écrirai encore, au fil du temps, en vers ou en prose mais aussi, et surtout, quelques lignes d'auteurs qui m'ont particulièrement touchée.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Archives
Visiteurs
Depuis la création 4 476
Pages

 

 

Derniers commentaires
8 avril 2016

LE PIRE DE MES SOUVENIRS D'ENFANCE

     Depuis quelques semaines me trotte dans la tête
L'envie de raconter « les choses de Ma vie ». 


Je commencerai donc en parlant tout d’abord
D’un sacré beau navire, mené par des parents
Qui auront tout donné, à nous, leurs cinq enfants 
Après que le sixième ait dû quitter le bord.

1  

Il était condamné, déjà à sa naissance,
A être différent… C’était alors l’époque

Qui rappelait sans cesse que cette différence
Le rendrait incurable, faisant de lui ... une loque.

« Trisomie 21 »  Vous parlez d’un jargon !
Lorsque après cinq  filles, toutes bien constituées,

La famille applaudit l’arrivée d’un garçon, 
Comment imaginer qu'il naisse « raté » ? 

3 

La joie était immense mais hélas, dans la chambre
Où vivait mon grand-père, la joie n'y était pas.
Lui seul avait compris, et ce depuis septembre, *
Que notre petit frère ne nous ressemblait pas

 

- « Il ne pleure jamais ! » disait-il à ma mère.
- « Ton fils n’est pas normal ! » Comme il avait raison !
Il avait bien senti qu'au sein de la maison
Il se passait des choses qui ne lui plaisaient guère. 

6 

Puis il s’en est allé, peut-être au Paradis,
Laissant un petit être - c’est le cas - sans défenses,
Ainsi qu’une famille plongée dans la souffrance
Après qu’elle eût compris ce qu’est la leucémie.

Eh oui, la leucémie … Maladie incurable
Qui s’abattait encore, avec acharnement,
Sur un être qu’on pensait dénué de jugement 
Alors que de nos jours ils sont tous adorables. 

2

Chaleureux, autonomes et si plein de tendresse,
Un cœur « gros comme ça », tout débordant d’amour !
Comment ne pas craquer lorsque, dans une caresse,
Ils soufflent à votre oreille : « Je t’aimerai toujours ! »
( Vu à ce sujet un documentaire très émouvant )

5

Maman n’acceptait pas ce mauvais coup du sort,
Et priait chaque jour que la Vierge lui reprenne
Cet enfant anormal dont elle voulait la mort,
Ou ôterait sa vie et supprimerait la sienne.

 Mais il s’est « envolé » une nuit de janvier
Epargnant à Maman un acte inconcevable
Que personne n’aurait pu juger pardonnable.

Il est parti sans bruit, pour ne pas déranger.

7 

1950 - Je parle ici d’une époque bien différente de la nôtre à tout point de vue, tant par les mœurs que par les pouvoirs de la médecine. On pensait qu’après avoir dépassé 40 ans, une femme risquait de mettre au monde un enfant anormal et la leucémie ne se soignait pas encore. 
Plus de 60 ans se sont écoulés depuis, mais ces événements sont restés bien ancrés dans la mémoire de la petite fille que j’étais alors.

Lorsque YVES est venu au monde, je venais d'avoir 6 ans.
* Il était né le 7 septembre 1950 -  Il nous a quittés le 4 janvier 1954.
Il avait 3 ans et 4 mois   et   j'avais  9 ans 1/2.

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité